Le Mémorial de la Résistance et de la Déportation a été inauguré le 25 avril 1999, par le maire de Saint-Étienne Michel Thiollière.

Dès la libération des camps de concentration en 1945, les Déportés survivants avaient prêté un serment : dire l’univers concentrationnaire, conserver la mémoire de ceux qui périrent, transmettre celle des survivants et appeler à la vigilance afin que ces souffrances ne se reproduisent plus. La création du Mémorial de la Résistance et de la Déportation de la Loire est l’incarnation de ce serment. 

Le Mémorial porte et diffuse les valeurs de ses fondateurs, Résistants et Déportés de la Loire :

  • Valorisation de l’engagement,
  • Promotion du vivre-ensemble,
  • Lutte contre les discriminations et toute forme d’extrémisme.

Il mène une politique patrimoniale, culturelle et scientifique ayant un triple objectif :

  •  Présenter et comprendre la période de 1939-1945 à travers des documents d’époque et départementaux
  • Collecter, conserver (en collaboration avec les Archives municipales de Saint-Etienne), contribuer à l’enrichissement des fonds publics d’archives et valoriser la mémoire immatérielle de la période.
  • Transmettre la mémoire par un « devoir » de mémoire et un « droit » de savoir.

Un devoir de mémoire : ce lieu départemental de la mémoire des acteurs de la Seconde Guerre mondiale perpétue le souvenir des Résistants et des Déportés. Il retrace l’histoire de cette période douloureuse. Tout en témoignant des souffrances, des combats et de la Déportation, il présente aussi le cheminement de la Résistance locale.

Un droit de savoir : ce lieu est aussi un outil pédagogique au service des élèves et des enseignants qui étudient cette période inscrite au programme d’histoire des classes des établissements scolaires. Il propose une connaissance des faits, des évènements et des femmes et des hommes qui ont marqué cette période et favorise ainsi la compréhension des mécanismes de cette sombre période.

La dimension départementale du Mémorial permet de rappeler ce que fut la spécificité de la Résistance dans le département de la Loire, bassin industriel au service de l’économie de guerre allemande. La Résistance s’organise dans les entreprises et commet de nombreux sabotages. Elle mène aussi la lutte contre le Service du Travail Obligatoire, organise des évasions collectives de prisons… Enfin le combat qu’elle livre aux troupes allemandes en août 1944 à Estivareilles assure la Libération du département. En ce qui concerne la Déportation, les habitants de la Loire n’ont pas été épargnés : 1400 personnes furent les victimes des mesures de répression et de persécution organisées par les nazis, et mises en œuvre avec la collaboration de l’Etat français. 

Le Lieu de mémoire propose de façon permanente aux visiteurs trois axes de réflexion :

  • Dans la salle d’accueil, un rappel de grandes figures ligériennes, membres fondateurs du Mémorial.
  • Dans la salle dédiée à la Résistance sont présentés les femmes, les hommes, les événements et les faits d’armes qui ont marqué cette période dans la Loire.
  • Dans la salle consacrée à la Déportation, les témoignages des Déportés ligériens sont enrichis par des documents et des objets particulièrement émouvants.

Il se veut un espace de ressources essentiel du département sur cette période de l’Histoire, en proposant notamment différentes formes de médiation : ateliers pédagogiques, expositions temporaires et itinérantes, dossiers documentaires accessibles plus particulièrement aux élèves, étudiants, enseignants ou chercheurs.

Devant un monde en constante évolution et face aux préoccupations des jeunes générations, le Mémorial a ajouté à son domaine de compétence les conflits des XXe et XXIe siècles et les problématiques du monde contemporain. Il envisage ainsi le passé comme un outil au service du temps présent pour que son apprentissage permette une meilleure compréhension des situations actuelles.